Mythe ou Réalité ? En tout cas, ils sont de retour !
Quoi ?! Tu n’as encore jamais entendu parler des Naufrageurs ?

 

Au temps des Rois et jusqu’à l’orée du XXème siècle, la vie était bien souvent très dure pour les habitants des côtes sauvages de l’Île d’Oléron, et la famine jamais bien loin pour les misérables pêcheurs ou paysans qui la peuplait.
Pourtant, depuis que le Nouveau Monde a été découvert, ils voient chaque jour des navires Français, Anglais, Espagnols, Hollandais ou Danois chargés d’épices, de sucre, de coton, de tabac, de café, de rhum et de plein d’autres richesses passer non loin de leurs côtes …

Mais les conditions de navigation de l’époque peuvent s’avérer difficiles lors de nuits sans étoiles ou en cas de tempêtes, et parfois, ô miracle diront certains … l’un de ces vaisseaux fait naufrage ! Une véritable aubaine pour les gens à terre, qui se ruent alors sur les débris des bateaux disloqués par les rochers que les flots ramènent sur le rivage. Tout est bon à récupérer en période de disette : tonneaux, morceaux de bois, tissus, effets personnels retrouvés sur les noyés …

 

« Scène de Naufrage » par Louis Philippe Crépin

Ce qui s’apparente à du vol pur et simple est en fait un acte tout ce qu’il y a de plus légal, prévu et autorisé par le Roi : on l’appelle Le Droit de Bris. Le pillage d’une embarcation naufragée étant ainsi réglementé par la loi, point n’est besoin d’imagination débordante pour supposer que certain esprits peu scrupuleux devaient invoquer très fort la « Divine Providence » pour pouvoir un jour user de ce droit. Jusqu’à être tentés de provoquer des naufrages ? …

Près de Chassiron, un soir où un orage gronde à quelques lieues de sa modeste chaumière, un laboureur Oléronais scrute la mer, illuminée seulement en certain endroits par de violents éclairs. A la lueur de plusieurs d’entre eux, il voit distinctement un navire ballotté par la houle qui semble s’être égaré. C’est là l’occasion qu’il attendait depuis de si longues semaines !

Car il a tout préparé pour se livrer à un horrible forfait, aussi ingénieux que machiavélique : il allume une lanterne et court dans le petit enclos voisin l’accrocher au cou de son âne. Puis, lui passant le licol, ils se dirigent tous les deux vers le sentier qui longe la côte. Là, le laboureur laisse l’animal déambuler à son grès sur le petit chemin.
Avec un peu de chance se dit-il, le navire en difficulté confondra la lanterne ondulant par la démarche de l’âne avec les feux d’une balise, ou d’un autre navire dont il souhaitera se rapprocher ?

Il attend deux bonnes heures ainsi, sa proie semblant parfois se rapprocher guidée par la lanterne. Mais l’orage se déplaçant, les éclairs se firent moins fréquents et il la perdit complètement de vue. Le laboureur reste encore là quelque temps, tentant d’apercevoir à nouveau le bateau, puis il se résigne à récupérer son animal aux grandes oreilles et à rentrer chez lui.
Alors qu’ils entament le chemin de leur retour, un épouvantable bruit de fracas s’élève des rochers voisins …

 

Si les trois premiers paragraphes de cette page sont parfaitement authentiques, les 3 derniers en italique relèvent (peut-être !?) de la fiction : aucune preuve historique n’a été établie à ce jour quant à l’existence des Naufrageurs.

Les avis divergent, fantasmés notamment par la littérature (citons entre autres Jules Michelet ou Guy de Maupassant) ou par l’imaginaire des uns et des autres. Le Droit de Bris à bel et bien été en vigueur, des naufrages ont bel et bien eu lieu, des enquêtes et des procès-verbaux ont bel et bien été rédigés … mais aucun document officiel n’évoque un naufrage qui aurait été orchestré et réussit par des gens à terre, à Oléron ou ailleurs.

De toute évidence les Oléronais, traditionnellement pieux et généreux, auraient plutôt portés secours aux naufragés par solidarité chrétienne et entre gens de la mer. Et les capitaines survivants des navires marchands ayant fait naufrage auraient eu tout intérêt à dénoncer Les Naufrageurs, pour se disculper de toute erreur de navigation auprès de leurs armateurs.

Ce qui est curieux, c’est que les écrits romanesques imaginent presque systématiquement des lanternes accrochées aux cornes des bovins sur les côtes Bretonnes, alors qu’on les décrit plutôt aux cous des ânes en Charente-Maritime …

Alors, ces Naufrageurs Oléronais, ce laboureur qui promène son âne avec une lanterne autour du cou les soirs de tempête près de Chassiron … mythe ou réalité ?

Ami joueur, choisi bien ton camp avant de lancer les dés à 3 faces du jeu Les Naufrageurs

Ludiquement vôtre,

ATDJ

 

Jeu pour 2 à 5 joueurs, à partir de 8 ans
Durée d’une partie : 10 minutes par joueur environ

Mon nouveau jeu va te faire revivre la légende des pirates de l’Île d’Oléron. Une forme de piraterie bien particulière, sans abordage ni coup de canon … mais avec un âne et une lanterne !

Cette légende raconte que les soirs tempêtes ou les nuits sans étoiles, les habitants des côtes sauvages, souvent démunis et miséreux, allumaient des lanternes qu’ils accrochaient au cou de leurs ânes afin de tromper les bateaux égarés : confondant cette lumière avec celle d’une balise maritime ou d’un autre navire, les vaisseaux en détresse s’en rapprochait et venaient alors se fracasser sur les rochers. Ces pirates terrestres, certes peu scrupuleux mais plutôt astucieux, n’avaient ainsi plus qu’à piller la cargaison. On les a appelé Les Naufrageurs

Les joueurs incarneront tour à tour Les Naufrageurs et Les Armateurs des bateaux, qui tenteront de leur échapper ou bien de leur abandonner leur plus mauvaise cargaison. Chacun utilisera des curieux dés à 3 faces conçus spécialement pour ce jeu.

Roublardise, dextérité, malédiction ou Divine Providence, scénario imprévisible …  et franche rigolade assurée à chaque partie de Les Naufrageurs !

.

Matériel :

Un plateau de jeu en Médium de 35 x 35 cm.

Un sac en tissu avec le logo du jeu contenant 1 pion âne, 4 voiliers, 30 tonneaux et 5 dés à trois faces.

Le  livret des règles du jeu  (téléchargeable ici  ATTENTION ! Ce livret contenant 8 pages, elles sont intercalées afin de pouvoir les imprimer et les assembler … suis donc bien la numérotation afin de lire les règles dans l’ordre, sinon tu risque de ne pas comprendre grand chose !)

Un livret annexe intitulé Les Naufrageurs, Mythe ou Réalité ? (téléchargeable ici)

Un sac kraft pour contenir le tout.

  50 €